Bluebus, les premiers bus électriques rennais

Temps de lecture estimé à environ 4 minutes.
Avatar Gilles VIDOTTO Gilles Vidotto

le 25 mai 2018

SOMMAIRE

Les premiers bus électriques circulent sur quelques routes rennaises. Appelés “Bluebus”, ils sont à l’heure actuelle en phase de test sur la ligne 12 du réseau de bus rennais. La municipalité a souligné que si la phase d’essai était concluante, l’ensemble des bus circulant sur les routes de la ville de Rennes seraient changés pour des véhicules fonctionnant exclusivement à l’électricité.

Rennes s’engage alors dans la voie de l’usage de transports en commun propres qui préservent l’environnement et qui ne rejettent aucun déchet polluant dans l’atmosphère. Une volonté à l'image de la transition énergétiqueopérée par la ville.

Les Bluebus s’installent à Rennes

”Bluebus” est le nom donné à ce nouveau réseau de bus fonctionnant entièrement à l’électricité. Ils ont été mis en service le 2 mai 2018 et sont actuellement en phase de test. Selon les informations communiquées par la mairie rennaise, c’est la ligne numéro 12 de bus qui expérimente ces nouveaux véhicules, pour une durée de 30 mois.

”Cette première phase d’expérimentation va permettre d’analyser ce mode de transport et d’envisager un déploiement plus important, avec, à terme, l’objectif de convertir l’ensemble de la flotte”, souligne le maire de la ville de Rennes, qui possède également un métroun métro.

La ligne 12 du réseau STAR traverse la ville de Rennes du nord au sud. Effectivement, les deux terminus sont situés dans les quartiers Villejean Beauregard et de Francisco-Ferrer. Les bus desservent aussi le Centre de Rennes ainsi que le quartier économique Eurorennes à Sud-Gare.

Lorsque la phase de test touchera à sa fin, la mairie de Rennes fera une analyse complète des retombées des Bluebus. Si le résultat s’avère concluant, c’est l’entièreté de la flotte de bus qui sera changée. Près de 250 bus laisseront place à de nouveaux véhicules parfaitement respectueux de l’environnement et fonctionnant entièrement à l’électricité d’ici 2024. En attendant, Keolis, opérateur privé de transport public à Rennes, prévoit d’ores et déjà d’acquérir 75 de ces nouveaux bus électriques.

Les Bluebus, une fabrication française

Les Bluebus sont une réalisation “Made in France”. La société Bolloré et sa filière Bluesolution sont à l’origine de cette nouvelle création. De plus, c’est en Bretagne, dans la ville de Quimper, que l’ensemble de ces nouveaux modes de transports en commun sont assemblés. Pour le moment, il existe deux tailles de Bluebus : 6 et 12 mètres. La première est une gamme dédiée aux transports en centre-ville. La seconde (12 mètres) s’adapte davantage aux déplacements périurbains. Toutefois, le groupe Bolloré a annoncé qu’il était en train de travailler, pour la ville de Rennes, sur un Bluebus de 12 mètres de long mieux adapté aux déplacements en centre-ville.

Les Bluebus de 6 mètres ont une capacité d’accueil de 22 passagers, et ceux de 12 mètres d’un peu moins d’une centaine de passagers.

”Ces bus de 12 mètres (ceux circulant dans la ville de Rennes [NDLR]) peuvent accueillir 89 passagers et disposent d’une autonomie de 200 kilomètres environ. Un système de charge sera installé en bout de ligne avec une charge qui prendra de cinq à dix minutes”, souligne Marie Bolloré, dirigeante de l’activité véhicules électriques de groupe, au sujet des Bluebus de Rennes.

Les caractéristiques techniques des Bluebus

Les Bluebus sont équipés de batteries recyclables LMP : Lithium Métal Polymère. Ceux qui mesurent 6 mètres disposent de 3 batteries, ceux qui font 12 mètres en ont 8. Pour exemple, les Bluebus pourvus de 3 batteries disposent d’une autonomie de 120 kilomètres et offre la plus grande puissance embarquée du marché : 90 kWh. Les batteries sont, par ailleurs, installées sur le toit du véhicule. Pour la ville de Rennes, le groupe Bolloré réfléchit à un mode de recharge par le toit. C’est-à-dire que les bus pourront se recharger sans avoir à faire un arrêt à une borne de recharge.

En quoi les Bluebus sont-ils respectueux de l’environnement ?

La technologie développée pour mettre au point les batteries LMP est exclusive à la marque Bluesolution qui produit les Bluebus. Effectivement, elles sont composées de : “cellules 100% françaises”, et ne contiennent pas de cobalt, pas de solvant et pas de terres rares. Elles sont, par ailleurs, labellisées “origine France garantie”. Dès lors, ces véhicules sont composées de matériaux non polluants et ne présentent aucun danger pour l’environnement. Ils contribuent, au contraire, à le respecter en ne rejetant aucune particule de CO2 dans l’atmosphère.

La recharge des Bluebus s’effectue sur des bornes dédiés. Le temps de charge est estimé à 8h pour une pleine recharge et ils est aussi possible d’effectuer des recharges partielles.

Avec la mise en service de ces nouveaux modes de transports, la ville de Rennes s’engage dans la voie de la transition énergétique en passant des énergies “carbonées” à des énergies “vertes”, celles qui peuvent être renouvelées grâce aux ressources naturelles que sont la terre et le soleil. Toutefois, Rennes n’est pas la seule ville de la façade Atlantique qui s’est engagée dans la voie des transports en commun propre. Effectivement, la ville de Nantes dispose des E-busway et Bayonne des Tram’Bus : des véhicules 100% électriques.

SOURCES

SOURCES
Partager sur