Les frais de notaire dans l’immobilier neuf en 2024 : Fonctionnement, calcul et optimisation

Temps de lecture estimé à environ 8 minutes.
Contrôles :
Avatar de l'auteur "Hervé KOFFEL" Hervé Koffel

le 07 décembre 2023

[ mis à jour le 07 décembre 2023 ]

SOMMAIRE

L'achat d’un bien immobilier neuf est un projet de vie majeur, souvent accompagné d'une multitude de démarches et de frais divers. Parmi ces derniers, les frais de notaire occupent une place significative, influençant directement le budget global de l'acquisition. Ces frais, bien que couramment mentionnés, restent parfois mal compris par les futurs propriétaires. Ils représentent pourtant une part non négligeable des coûts liés à l'achat immobilier.

Contrairement à une idée reçue, les frais de notaire ne se limitent pas uniquement à la rémunération de ce professionnel du droit. Ils englobent également diverses taxes et dépenses administratives, qui varient selon la nature du bien acquis. Dans le contexte de l'immobilier neuf, ces frais présentent des spécificités notables plus avantageuses pour l'acheteur, comparativement à l'achat dans l'ancien.

Nous étudierons ici les frais de notaire, leur composition, la différence entre le neuf et l’ancien, et les méthodes de calcul permettant aux acquéreurs de mieux anticiper ces coûts. En comprenant mieux ces frais, les futurs propriétaires pourront planifier plus efficacement leur projet immobilier, en intégrant de manière précise ces dépenses dans leur budget global.

Les frais de notaire, c’est quoi ?

Définition et composition des frais

Les frais de notaire, de leur appellation réelle “frais d’acquisition”, sont un ensemble de dépenses obligatoires à effectuer lors de l'achat d'un bien immobilier. Ces frais se composent principalement de trois éléments distincts : les taxes reversées à l'État et aux collectivités locales, les émoluments ou rémunération du notaire, et divers frais annexes, tels que les débours.

Les taxes constituent la part la plus importante des frais de notaire. Elles incluent notamment la taxe de publicité foncière, qui est perçue par l'État ou les collectivités locales en fonction de la localisation du bien. Les émoluments du notaire, quant à eux, correspondent à la rémunération pour le service rendu, réglementée par l'État pour garantir une certaine équité. Enfin, les frais annexes couvrent les dépenses engagées par le notaire pour la réalisation de diverses formalités administratives, comme les extractions cadastrales ou les frais de dossier.

Distinction entre neuf et ancien

La distinction majeure entre les frais de notaire dans le neuf et dans l'ancien réside dans le montant des taxes. Dans le neuf, ces taxes sont plus basses, ce qui rend les frais de notaire globalement moins élevés. Cette différence s'explique principalement par le taux de la taxe de publicité foncière, réduit pour les biens neufs ou en état futur d'achèvement (VEFA). En effet, la totalité des frais d’acquisition dans l’immobilier neuf varie entre 2 et 3% du prix d’achat, alors que ceux-ci tournent autour de 8% dans l’ancien. Cette différence non négligeable peut représenter plusieurs dizaines de milliers d’euros selon le coût total de la transaction. Cela fait partie des nombreux avantages de l’immobilier neuf comparé à l’ancien.

Dans l'ancien, les droits d'enregistrement, une composante majeure des taxes, peuvent atteindre des taux bien plus élevés. Cette variation s'inscrit dans une logique d'incitation à l'investissement dans le neuf, déployée comme un levier pour dynamiser le marché immobilier et répondre aux enjeux contemporains de logement.

frais de notaire immobilier neuf – une poignée de main et un jeu de clés de maison
© Motortion Films - shutterstock

Les spécificités des frais de notaire dans le neuf

Réduction des frais dans l'immobilier neuf

Comme nous venons de le mentionner, l’une des particularités les plus notables des frais de notaire dans l'immobilier neuf est leur montant réduit par rapport à l'ancien. Cette réduction s'explique principalement par la diminution des droits d'enregistrement et de la taxe de publicité foncière.

Dans le neuf, ces droits sont souvent inférieurs à 1 % du prix d'achat, contre environ 6 % dans l'ancien. Cette différence substantielle s'inscrit dans une politique d'encouragement à l'acquisition de biens neufs, considérés comme un moteur de croissance pour le secteur immobilier et un moyen de répondre aux besoins en logements modernes et éco-responsables.

Composition détaillée des frais

Les frais de notaire dans le neuf se décomposent en plusieurs éléments clés :

La Taxe de Publicité Foncière (TPF) : C'est une taxe perçue par les collectivités locales. Pour les biens neufs, le taux de cette taxe est considérablement réduit, ce qui constitue l'un des principaux facteurs de la baisse des frais de notaire dans le neuf.

Taux normal 2024 (ancien) Taux réduit 2024 (neuf ou VEFA)
Commune 1,20 %
Département 3,80 % 0,70 %
Ou, sur délibération du département Minimum : 1,20 %
Maximum : 4,50 %
Frais d'assiette et de recouvrement
( en % de la part départementale)
2,37 % 2,14 %
Taux global maximal 5,81 % 0,71 %

Les émoluments du notaire : Il s'agit de la rémunération du notaire pour les services rendus. Cette rémunération est réglementée et calculée selon un barème fixé par l'État, basé sur le prix de vente du bien. Dans le neuf, bien que le calcul reste similaire à celui de l'ancien, l'assiette fiscale réduite entraîne souvent un coût global moindre. Entre chaque tranche on ajoute un montant fixe qu’il faudra prendre en compte dans le calcul total pour appliquer la TVA de 20% aux émoluments. Ces taux n’ont pas changé depuis 2021 et il n’y a eu aucune annonce concernant une modification des frais de notaire en 2024.

Tranches Taux applicable depuis le 1er janvier 2021 Montant à ajouter
De 0 à 6500 € 3,870 % 0
De 6500 € à 17 000 € 1,596 % 147,81 €
De 17 000 € à 60 000 € 1,064 % 238,25 €
Plus de 60 000 € 0,799 % 397,25 €

Frais annexes et débours : Ces frais couvrent les dépenses engagées par le notaire pour réaliser les formalités nécessaires à la transaction (demandes de documents, extractions cadastrales, etc.). Ils sont généralement similaires, que l'achat concerne un bien neuf ou ancien, et s’élèvent en moyenne entre 400€ et 800€.

La contribution de sécurité immobilière : À ces taxes et frais, on ajoute enfin le paiement de la contribution de sécurité immobilière au taux de 0,1% pour la formalité d’enregistrement de la vente et de publicité foncière. Cette taxe également reste inchangée pour l’année 2024.

La combinaison de ces éléments aboutit à des frais de notaire plus bas dans le neuf, rendant l'achat de ce type de bien plus attractif sur le plan financier, notamment pour les primo-accédants ou les investisseurs.

frais de notaire immobilier neuf – un homme calcule les frais d’acquisition de son bien immobilier
© Sutthiphong Chandaeng - shutterstock

Calcul et estimation des frais de notaire dans le neuf en 2024

Pour faciliter le calcul des frais de notaire, de nombreux simulateurs en ligne sont disponibles. Ces outils permettent aux futurs acquéreurs d'obtenir une estimation rapide et assez précise des frais à prévoir. En entrant des informations telles que le prix d'achat du bien et sa nature (neuf ou ancien), le simulateur applique les taux et barèmes en vigueur pour fournir une estimation des frais de notaire. Le site du ministère de l’économie utilise celui-ci : Simulateur de frais de notaire de l’ANIL (Agence Nationale pour l’Information sur le Logement). Ce simulateur est toujours valable pour calculer les frais de notaire pour l’année 2024.

Exemples concrets

Prenons l'exemple d'un appartement neuf acheté à 200 000 €. Les frais de notaire pourraient se décomposer comme suit :

Ainsi, pour cet appartement, les frais de notaire pourraient s'élever à environ 5430 € soit 2,72 % du prix d'achat. Dans l’ancien, en portant ces frais à 8% du prix d’achat, les frais de notaire reviendraient à environ 16 000€, soit plus de 10 000€ de différence. Cette estimation illustre l'avantage financier significatif des frais de notaire réduits dans le neuf.

Négociation et réduction des frais de notaire

Conseils pour réduire ses frais

Bien que les frais de notaire dans l'immobilier neuf soient déjà réduits par rapport à l'ancien, il existe des stratégies pour les minimiser davantage. Voici quelques conseils :

Négociation avec le promoteur immobilier : Dans certains cas, les promoteurs immobiliers peuvent proposer de prendre en charge une partie voire la totalité des frais de notaire. Cette pratique peut être négociée et ainsi faire baisser le prix d’achat d’un bien neuf, surtout dans un contexte de marché favorable à l'acheteur. Les “frais de notaires offerts” font également partie des archétypes d’offres promotionnelles proposées par les promoteurs dans le cadre du lancement d’un programme neuf ou pour les queues de programmes.

Remise sur les émoluments du notaire : Depuis une réforme récente, les notaires peuvent offrir une remise jusqu'à 20 % sur leurs émoluments pour les transactions supérieures à 100 000 €. Il est donc judicieux de discuter de cette possibilité avec le notaire. Une remise de 40% sur les émoluments est possible dans de rares cas pour les bureaux ou logements sociaux (assiettes supérieures ou égales à 10 millions d’euros).

Optimisation fiscale : Certains dispositifs fiscaux, comme la loi Pinel pour l'investissement locatif, peuvent offrir des avantages indirects sur les frais de notaire. En effet, le taux de défiscalisation de la loi Pinel est un pourcentage du prix total de la transaction immobilière, qui prend en compte les frais d’acquisition. Cela signifie que les frais de notaires feront partie de la réduction totale sur la base imposable.

frais de notaire immobilier neuf – un homme sépare des cubes de pourcentages pour symboliser une réduction de taxes
© Andrii Yalanskyi - shutterstock

Impact financier et considérations pratiques

Les frais de notaire, bien qu'ils représentent une part plus faible du coût total dans l'immobilier neuf, doivent être pris en compte avec attention dans le budget global de l'achat. Ces frais, s'ajoutant au prix d'achat du bien, peuvent influencer la capacité d'emprunt et les décisions financières de l'acheteur. Il est donc important de les intégrer dès le début dans le plan de financement, en tenant compte de leur variabilité selon le prix et la nature du bien.

Un professionnel peut aider à évaluer l'impact des frais de notaire sur le financement global et à trouver les meilleures solutions de financement, en tenant compte de ces coûts. N’hésitez pas à vous adresser à un courtier en immobilier neuf pour bénéficier d’un accompagnement de qualité sur votre projet d’achat.

Avec IMMO9, faites le choix de la confiance en réalisant votre projet immobilier et bénéficiez des conseils d’une équipe entièrement mobilisée pour votre satisfaction.
Contactez-nous
Partager sur