Électricité : Rennes est la deuxième ville de France où l’on en consomme le moins

Temps de lecture estimé à environ 11 minutes.
Avatar de l'auteur "Pierre Ferreiro" Pierre Ferreiro

le 29 avril 2022

[ mis à jour le 02 mai 2022 ]

SOMMAIRE

Le site UpEnergie.com a récemment publié le classement des villes de France de plus de 100 000 habitants où l’on consomme le moins d’énergie*. La ville de Rennes a réalisé un excellent résultat, en se hissant à la deuxième place du podium. La municipalité écologiste de la capitale de Bretagne a en effet pris de nombreuses mesures afin de réduire sa consommation d’énergie. De même, son marché regorge de logements bien isolés, grâce à des incitations à la rénovation énergétique et une offre importante de programmes immobiliers neufs à Rennes. Il faut cependant noter que des différences territoriales sont également à l’œuvre, et influent sur les résultats de l’étude.

©Coleman photographer - Shutterstock

Consommation d’électricité à Rennes : une mairie écologiste

Plusieurs mesures ont été prises par la municipalité de Rennes afin de réduire la consommation d’énergie de l’agglomération. Celle-ci a notamment enrichi son installation de panneaux photovoltaïques sur les bâtiments municipaux rennais. Elle a également organisé des campagnes auprès des particuliers, tels qu’une distribution gratuite de boîtiers permettant aux usagers de réduire leur consommation de chauffage électrique. Des opérations sont aussi menées à grande échelle, comme le ralentissement du métro lors des pics de consommation. La capitale de la Bretagne a également investi dans un important réseau de chaleur, avec plus de 68km de ligne.

©asharkyu - Shutterstock

Électricité à Rennes : des panneaux photovoltaïques sur les bâtiments municipaux

Un des objectifs de la municipalité de Rennes est d’obtenir la neutralité carbone de ses bâtiments municipaux. À cette fin, elle a procédé à des travaux d’installation de panneaux photovoltaïques sur les toits des dits bâtiments. Plus de dix bâtiments en étaient ainsi dotés au 15 octobre 2019*. Cela équivaut à une installation d’environ 2000 à 3000 m² de panneaux photovoltaïques.

Grâce à cette source d’énergie renouvelable, la préfecture d’Ille-et-Vilaine a réussi à réaliser d’importantes économies. Cette installation permettant de produire l’équivalent de la consommation de 43 ménages a permis d’atteindre une réduction de 5% de la consommation électrique de la ville en 2018. Cela équivaut à des économies de 26 865€, à une époque le prix de l’électricité, à Rennes comme ailleurs, était déjà en forte augmentation. La facture de la ville avait tout de même augmenté de 7%, en raison de l’augmentation générale des prix en France.

Électricité à Rennes : distribution gratuite de boîtiers Voltalis

Toujours à des fins de baisse de l’empreinte carbone de la ville, la capitale de Bretagne a mené quelques opérations auprès des particuliers rennais. Elle a notamment réalisé un partenariat, unique en France en termes d’ampleur, auprès de l’entreprise Voltalis. Les rennais chauffés à l’électricité peuvent maintenant demander l’installation d’un boîtier permettant de réduire leur consommation d’énergie : un service totalement gratuit*.

Ce boîtier est directement connecté à une application mobile, permettant aux usagers d’observer et de maîtriser la consommation de leur système de chauffage et autres équipements gourmands en énergie. Il permet également de soulager le réseau électrique lors des pics de demande, sans impact sur le confort des usagers. Grâce à cette collaboration, 54 000 foyers ont l’option de souscrire gratuitement à ce service.

Électricité à Rennes : des opérations à grande ampleur pour limiter la consommation d’énergie

En plus de ses efforts auprès des particuliers, la préfecture d'Ille-et-Vilaine mène également des opérations visant à réduire la consommation électrique de ses infrastructures publiques. Ainsi, lors d’un pic de consommation d’énergie en plein cœur de l’hiver, en février 2018 le métro rennais et ses escalators ont tourné au ralenti afin de soulager le réseau électrique.

Il ne s'agissait pas d’une opération isolée. La ligne de métro avait en effet déjà été mise au ralenti en 2012 et 2013, dans des circonstances similaires. Sa vitesse avait été réduite de 10%, ce qui a allongé de deux secondes le trajet entre chaque station : une différence imperceptible pour tout client du service. En revanche, les économies d’énergie réalisées étaient bien visibles, le ralentissement ayant permis d’économiser 300 à 500 kilowatts sur la journée*.

©Pline - Wikipédia Commons (CC BY-SA 3.0)

Électricité à Rennes : un important réseau de chaleur

La ville de Rennes a réalisé d’importants investissement sur son réseau de chaleur au cours des dernières années. Elle compte actuellement 6 chaufferies en fonctionnement, desservant au total 110 000 usagers, selon les chiffres de 2020. 68 km de conduites traversent le sous-sol de la ville pour assurer le raccordement de cette source de chauffage aux bâtiments publics et résidentiels concernés. Des travaux sont en cours en vue de créer une nouvelle chaufferie, et de créer 42 kilomètres de ligne supplémentaire afin de desservir 135 000 usagers d’ici 2030*.

Ce système de chauffage a plusieurs avantages. En se constituant comme fournisseur, Rennes Métropole offre des coûts maîtrisés à ses habitants. Ce service, qui utilise des énergies renouvelables, permet également de réduire drastiquement les émissions de gaz à effet de serre du territoire. Il permet aussi, bien évidemment, de réduire la part d’utilisation du chauffage électrique dans la Métropole.

Avec IMMO9, faites le choix de la confiance en réalisant votre projet immobilier et bénéficiez des conseils d’une équipe entièrement mobilisée pour votre satisfaction.
Contactez-nous
02 30 96 48 60

Rennes : un immobilier éco-responsable

Une des raisons pour laquelle la consommation électrique de Rennes est si basse est son offre en matière de logement. D’une part, des politiques locales sont menées afin d’inciter les rennais à procéder à la rénovation de biens immobiliers anciens. De l’autre, Rennes dispose d’un marché dynamique stimulant la construction de programmes immobiliers neufs, bâtis dans le respect des dernières normes énergétiques.

©klenger - Shutterstock

Électricité à Rennes : des incitations à la rénovation énergétique

Partant du constat que le logement représente 23% des émissions de gaz à effet de serre de la Métropole et que l’essentiel de celles-ci sont dues au chauffage, Rennes a inscrit la rénovation des passoires thermiques dans son Plan Climat Air Énergie Métropolitain. Elle a ainsi développé son propre service local d’aide à la rénovation, baptisé ecoTravo, afin d’inciter les rennais à renforcer l’isolation de leur logement*.

À cette fin, divers professionnels, tels que des électriciens et des artisans, ont été formés à ce type de rénovation. Au total, cinq groupements de professionnels vont être réquisitionnés pour offrir leurs services. Ce service public et gratuit, qui vise la rénovation clé en main d’une part conséquente du logement ancien, stimule ainsi l’emploi local. Cumulable avec les aides de l’État, il permet de bénéficier d’un devis réalisé par des professionnels agréés et financé à 80%, et d’aides pouvant aller jusqu’à 8000€*.

Électricité à Rennes : un marché immobilier dynamique faisant la part belle au logement neuf

Le marché de l’immobilier neuf à Rennes est extrêmement dynamique. La capitale de la Bretagne est rapidement devenue un réel paradis pour les investisseurs immobiliers, causant une importante hausse des prix dans la Métropole. Un investissement locatif dans la préfecture d'Ille-et-Vilaine permet en effet d’obtenir une rentabilité locative très importante, pouvant aller jusqu’à 8,2%.

Un fait à relever est que les investisseurs de la Métropole de Rennes privilégient l’achat de logement neuf. En effet, le neuf donne lieu à des dispositifs de défiscalisation qui permettent de grandement diminuer le prix d’achat d’un logement. Il offre aussi de nombreuses prestations, et a un avantage considérable sur l’ancien : il n’a pas besoin de rénovation. En effet, la mise en location des passoires thermiques sera interdite d’ici 2025, incitant les propriétaires de ces biens à procéder à des travaux de rénovation.

© korkeng - Shutterstock

L’immobilier neuf : une construction éco-responsable3>

Bâti dans le respect des dernières normes environnementales, le logement neuf est la garantie d’une consommation d’énergie réduite. Grâce à une isolation thermique et phonique optimisée, il permet de réaliser des économies très importantes. Le logement neuf représente également des enjeux importants en matière de réduction des émissions de gaz à effets de serre et de protection de l’environnement.

De plus, le logement neuf se veut de plus en plus éco-responsable au fur et à mesure des années. Le recours au chauffage au gaz est par exemple interdit par la norme RE2020, au profit d’autres sources de chaleur plus écologiques. L'installation d’une chaudière biomasse, d’une pompe à chaleur ou encore le recours au réseau de chauffage urbain, lorsqu’il est une option, sont ainsi favorisés par les promoteurs.

Enfin, le recours à l’énergie renouvelable permet de réduire les émissions de gaz à effet de serre afin de préserver la planète, dans un contexte d’urgence climatique.

Avec IMMO9, faites le choix de la confiance en réalisant votre projet immobilier et bénéficiez des conseils d’une équipe entièrement mobilisée pour votre satisfaction.
Contactez-nous
02 30 96 48 60

Électricité à Rennes : des différences territoriales

Le bas niveau de consommation d’énergie des habitants de Rennes peut également s’expliquer en termes de différences territoriales. Il serait ainsi dû au climat de la capitale de la Bretagne, mais aussi à un recours plus important au chauffage au fioul.

© aurelie le moigne - shutterstock

Électricité à Rennes : un climat moins chaud

Un des arguments avancés par UpEnergie pour expliquer les basses consommations d’énergie de certaines villes est relatif au climat. Cela peut paraître paradoxal : la préfecture d’Ille-et-Vilaine est connue pour avoir une météo relativement fraîche et pluvieuse. Le recours au chauffage y est par conséquent plus important que dans le Sud. Mais en termes de consommation d’énergie, mieux vaut avoir trop froid que trop chaud.

En effet, si les rennais ont souvent recours au chauffage, ils ont en revanche peu d’usage pour une climatisation. Et c’est là que le bât blesse : les trois villes de France avec la plus forte consommation d’électricité sont situées au Sud, et ont un climat relativement chaud. Durant l’été, leurs habitants ont donc souvent recours à la climatisation, très énergivore. En conséquence, pendant les pics de chaleur de l’été, la consommation d’énergie par habitant de certaines villes du Sud peut atteindre 12.3 kwh, ce qui est presque deux fois plus élevé qu’en Île-de-France à la même période*.

Électricité à Rennes : un recours à d'autres types de chauffage

Une autre explication avancée par UpEnergie pour la faible consommation électrique de certaines villes serait le recours à d’autres méthodes de chauffage que l’électrique. En effet, le recours au fioul est beaucoup plus important dans le Nord de la France. C’est notamment le cas en Bretagne, où il reste encore très utilisé en campagne. 13,8% des résidences principales bretonnes ont ainsi recours au chauffage au fioul*.

Ce n’est cependant pas le cas à Rennes. Seulement 2,2% des habitants de la ville ont recours au fioul, contre 11,3% dans les villes de sa couronne. Le recours au chauffage au gaz est néanmoins majoritaire dans la ville de Rennes, à 49,9%. Le chauffage électrique n’est, lui, utilisé que par 28,4% des ménages rennais. Cela explique donc, en partie, le fait que l'on consomme si peu d’électricité à Rennes.

Ainsi, si de grands efforts ont été accomplis par la ville de Rennes en matière d’énergie renouvelable et de réductions des émissions de gaz à effet de serre, du progrès reste à accomplir. Le gaz naturel n’est pas le système de chauffage le plus polluant, mais il s’agit tout de même d’une énergie fossile, donc non renouvelable, dont l’acheminement peut couvrir de grandes distances. Les travaux d’agrandissement du réseau de chauffage urbain devraient permettre de concurrencer le réseau de distribution de gaz de ville, et ainsi, de créer une Rennes plus verte.

SOURCES
  • UpEnergie – Classement des villes de plus de 100 000 habitants où l’on consomme le moins d’énergie
  • Ouest-France - Rennes. Baisse de 5 % de la consommation d’énergie de la Ville en 2018
  • Environnement Magazine - Rennes Métropole
  • 20 Minutes – Le métro et les escalators au ralenti pour limiter la consommation électrique
  • Rennes Métropole - Le réseau de chauffage urbain
  • Rennes Métropole - Se regrouper pour une rénovation énergétique performante
  • Actu Rennes – Consommation d'électricité. Pourquoi Rennes est sur le podium des villes consommant le moins ?
  • Le Télégramme - Electricité, gaz, fioul
Avec IMMO9, faites le choix de la confiance en réalisant votre projet immobilier et bénéficiez des conseils d’une équipe entièrement mobilisée pour votre satisfaction.
Contactez-nous
02 30 96 48 60
Partager sur