La référence de l’immobilier neuf depuis 15 ans !
Tout pour vivre et investir, s'informer sur la loi Pinel à Rennes.
9h - 19h du lundi au samedi
fermer
L’immobilier neuf à Rennes : nos experts passent sur France 2 !

Ma Recherche Pinel

Recherchez un bien parmi plus de 70 programmes éligibles à la loi Pinel

Des appartements grand luxe au château Folie-Guillemot !

chateau Folie-GuillemotCrédit photo : © Conserto immobilier

À Rennes il est un château qui dort depuis treize ans dans le quartier Beaulieu, avenue du Général-Leclerc, à côté de l’hôpital Guillaume-Régnier. Abandonné depuis 2005, livré à la ruine et aux graffeurs, il a subi le vandalisme patrimonial et l’usure du temps. Mais c’en est maintenant fini. Le château La Folie-Guillemot, ancienne propriété d’Alfred Guillemot, fondateur des Nouvelles Galeries de Rennes, va enfin être rénové. Le chantier a démarré il y a peu. Cette demeure aussi grandiose qu’extravagante va être transformée en résidence d’appartements de standing.

Lieu emblématique de l’architecture rennaise du début du XXe siècle, le château fantôme contraste depuis quelques années avec les constructions qui sont venues habiter son parc. Acquise en 2005 par le groupe Giboire, la demeure a un temps fait l’objet d’un projet de reconversion en logements, mais celui-ci n’a pas abouti et le promoteur a préféré construire en marge du bâtiment, lui accolant un essaim d’immeubles contemporains (celui-la même qui lui a valu d’être qualifié de « patrimoine vandalisé ») .

En 2016, il a été revendu à la société Conserto, spécialisée dans l’ancien rénové, qui s’est engagée à rénover le château et à en faire des appartements.

Les Rennais suivent avec beaucoup d’attention le devenir de ce symbole architectural de la ville, aussi la réhabilitation du lieu devra-t-elle se montrer à la hauteur des attentes.

Un chantier exceptionnel

Les travaux viennent de démarrer, pour une livraison prévue dans un an. « Ce sont près de 12 entreprises et pour un certain nombre implantées localement qui prennent part au chantier de restauration », a souligné Conserto.

La réhabilitation dont le château et ses dépendances doivent faire l’objet est très ambitieuse, et lourde en travaux, compte tenu de son état de dégradation actuel. Si les griffons sculptés toisent toujours les passants depuis le sommet du bâtiment, à l’intérieur, des tags recouvrent les tapisseries déchirées, la mérule attaque les boiseries et, devant, la cour est envahie d’herbes folles.

Il y a deux ans, les riverains de l’hôpital voisin s’inquiétaient de son devenir dans les journaux locaux : « On va nous détruire le château Folie Guillemot ! », alarmaient-ils. Finalement le château sera bien conservé, et pour ainsi dire sauvé de la ruine accélérée qu’il est en train de vivre.

«Il a été saccagé par la mérule, la présence de squatteurs, les tags, et surtout l’absence d’entretien pendant des années. Son environnement n’est pas non plus à la hauteur de ce qu’il devrait être.
Mais c’est un édifice qu’on tient beaucoup à sauver. »
Son Descolonges, cofondateur de Conserto, société parisienne spécialisée dans l’immobilier ancien

Le projet prévoit de conserver toutes les façades pour respecter l’esprit du château, et honorer son architecture si particulière. Il est aussi prévu une belle cour intérieure pavée, et une allée de pierres, arborée de tilleuls, cerisier et cèdre, qui mènera au perron.

Le château Folie-Guillemot tel qu'il pourrait être rénové« Le projet respectera l’esprit du château. Ici une proposition d'aménagement par le cabinet d’architectes Monchecourt & Co » © Conserto Immobilier/ Kacius

Une restauration d’excellence

Le principe de cette restauration : s’attacher du mieux possible à rendre au château son allure d’origine. Pour mener ce chantier exceptionnel, les travaux seront confiés à des artisans reconnus « Entreprise du patrimoine vivant » , un label qui distingue les savoir-faire d’excellence.

« Les volumes existants seront conservés et l’ensemble des façades, des toitures, ainsi que l’enceinte, seront restaurés dans leurs dispositions anciennes. Le projet prévoit également la remise en valeur des composantes décoratives extérieures : parements en pierres, briques émaillées, céramiques et terres cuites, ainsi que des éléments de serrurerie et de fontes décoratives, tels que la marquise monumentale ornant le perron d’entrée de la maison de maître. /»
Jean Leclercq, responsable de programme chez Conserto

Un architecte de renom aux commandes

C’est Bertrand Monchecourt, architecte du patrimoine, ancien élève de l’École du Louvre et fondateur de l’Atelier Monchecourt & Co, qui assurera la supervision du chantier de ses débuts aux finitions. « On lui doit notamment la restauration en cour de la surintendance des bâtiments du Roi à Versailles », à souligne Jean Leclercq. De quoi rassurer les amis du patrimoine rennais.

Des appartements de standing

L’intérieur du bâtiment va se voir quant à lui complétement réaménager, de manière à pouvoir accueillir des logements, et donc des habitants propres à entretenir le lieu. Dans les faits, Conserto immobilier souhaite proposer 22 appartements de standing :

  • 13 dans la partie château
  • 9 dans la partie dépendance

La taille des appartements devrait varier entre 25 m² et plus de 80 m², « du T1 au bel appartement T4 duplex » . « Un des appartements jouira d’une spacieuse terrasse de près de 30 m², d’autres de balcons avec des vues dégagées sur la plaine de Baud », précise Conserto.

La vente des appartements a été confiée au cabinet parisien Kacius, une autre société spécialisée dans l’ancien restauré et dirigée également les fondateurs de Conserto, Son et Lân Descolonges. Le mètre carré devrait s’élever à 4.000€, et il faudra compter environ 440 000 € pour un T4 duplex, ou 353 000 € pour un T2. Est également compris dans le prix un parking souterrain, mais il faudra ajouter 4.500€ pour une cuisine équipée.

Des prix qui reflètent difficilement la rareté et la préciosité du lieu, chargé d’une Histoire locale très forte, et d’une identité architecturale unique.

« Le cachet d’origine est conservé, mais avec tout le confort moderne.
Pour les acquéreurs, c’est la perspective de se créer un patrimoine immobilier intéressant et atypique, qui garde une valeur de revente importante. »
Jean Leclercq, responsable de programme chez Conserto,

Et en effet, une acquisition au Château Folie-Guillemot semble offrir de belles perspectives de rentabilité, d’autant que les appartements seront éligibles au dispositif Pinel.

la dépendance du château Folie-Guillemot telle qu'elle pourrait être rénovée « Une autre esquisse du projet, par le cabinet d’architectes Monchecourt & Co » © Conserto Immobilier/ Kacius

Un lieu d’Histoire

Au début du XXe siècle, après une courte carrière de jardinier à Paris, Alfred Guillemot s’associe avec sa tante, qui dirige alors le Bazar parisien de Rennes. Il rachète rapidement l’affaire, et devient propriétaire des « Nouvelles Galeries », ou « Grand bazar », ou « Magasin moderne », de Rennes, Saint-Brieuc, Saint-Malo et Dinard. Une fois sa fortune acquise, il entreprend en 1902 de faire édifier dans ce quartier alors le plus en vue à Rennes, une bâtisse caractéristique du goût de la bourgeoisie de son époque. C’est ainsi que naît la Folie-Guillemot.

Implanté sur un terrain d’1,5 hectare, le château se distingue par son style mêlant néo-Renaissance, classicisme et éclectisme.

L’immeuble doit son nom de « folie » à la juxtaposition des macarons, de la faïence vernissée, de la ferronnerie et de la terre cuite, créant une effervescence de matières, de formes et de couleurs qui rendent ce lieu si atypique et lui prêtent son caractère foisonnant.

Le lieu sera plus tard occupé par les Allemands, de 1940 à 1944, puis vendu à l’Etat en 1947. Transféré à l’Education Nationale, il accueillera d’abord un collège d’enseignement technique, puis le centre de formation du Greta (groupement d’établissements publics locaux d’enseignement) jusqu’en 2005, date à laquelle il est vendu aux enchères et acquis par le promoteur Giboire pour 7,3 millions d’euros.

Tandis que le château se ruinait et se livrait aux squatteurs et aux graffeurs, le promoteur y accolait des bâtiments résolument modernes, ce qui lui vaut un classement parmi les vandalismes du patrimoine rennais par une association de défense du patrimoine de la ville. Si tout se passe comme prévu, il devrait se voir réhabilité dans son cachet originel dès l’année prochaine, et s’ouvrir dans la foulée à sa nouvelle vie résidentielle.

Sources :

[ En Résumé ]

À Rennes il est un château qui dort depuis treize ans dans le quartier Beaulieu, avenue du Général-Leclerc, à côté de l’hôpital Guillaume-Régnier. Abandonné depuis 2005, livré à la ruine et aux graffeurs, il a subi le vandalisme patrimonial et l’usure du temps. Mais c’en est maintenant fini. Le château La Folie-Guillemot, ancienne propriété d’Alfred Guillemot, fondateur des Nouvelles Galeries de Rennes, va enfin être rénové. Le chantier a démarré il y a peu. Cette demeure aussi grandiose qu’extravagante va être transformée en résidence d’appartements de standing. Les Rennais suivent avec beaucoup d’attention le devenir de ce symbole architectural de la ville, aussi la réhabilitation du lieu devra-t-elle se montrer à la hauteur des attentes.

Trouvez le bien neuf idéal !
Contactez-nous
Donnée invalide
Veuillez remplir le champs 'Nom'
Donnée invalide
Veuillez renseigner le champs 'Téléphone'
Veuillez renseigner le champs 'Adresse de messagerie'
Veuillez remplir le champs 'Ville'
Code postal invalide.
Please let us know your message.
Nos partenaires en immobilier neuf à Rennes
  • Logo Altarea
  • Logo Bouygues Immobilier
  • Logo Bpd Marignan
  • Logo Credit Agricole immobilier
  • Logo Edelis immobilier neuf
  • Logo Eiffage immobilier
  • Logo European homes
  • Logo Icade
  • Logo Fonta
  • Logo Kaufman and broad
  • Logo nNxity
  • Logo Urbat
  • Logo Vinci immobilier

 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour la réalisation de statistiques de visites.
J'accepte