L’ouverture de la ligne B du métro à Rennes maintenue pour début 2022

Temps de lecture estimé à environ 1 minute.
Avatar de l'auteur "Charline N." Charline N.

le 13 août 2021

SOMMAIRE

Après deux reports, la mise en service de la ligne B du métro de Rennes est confirmée pour début 2022. Un événement majeur pour la ville qui entraîne une meilleure qualité de vie, un renouveau économique et de nouveaux programmes neufs à Rennes et dans les communes aux alentours.

©Olivier92 - Wikimedia Commons

Une ouverture enfin programmée

Vendredi 23 juillet, Rennes métropole et Siemens mobility ont confirmé que la ligne B du métro rennais serait bien ouverte au public au début de l’année 2022, sans pour autant annoncer une date précise. Cela pourrait avoir lieu avant la fin de l’hiver ou à l’arrivée du printemps.

Différentes étapes et tests techniques ont été passés avec succès, ce qui permet enfin de prévoir une période plus précise de mise en service de cette ligne tant attendue.

Les contraintes rencontrées

Une bonne nouvelle quand on sait que l’ouverture de la nouvelle ligne de métro a déjà été retardée par deux fois : en décembre 2020, puis au printemps 2021. La crise sanitaire est la cause principale de ces ajournements.

Les chantiers ont en effet été stoppés et ralentis par les confinements successifs. La fabrication des rames de métro a pris un retard très important, et Siemens mobility a rapidement annoncé ne pas pouvoir respecter le planning des approvisionnements dans ces conditions. Par ailleurs, le virus de la Covid-19 a aussi touché une partie des équipes et a considérablement compliqué la venue à Rennes d'experts internationaux de la technologie du CityVal.

Les prochaines étapes

Ce ne sont pas moins de 2 000 tests techniques qui ont été réalisés, dont 1 600 sur le matériel roulant et 400 sur l’intégration générale du système de transport, pour valider la date définitive d’ouverture de la ligne B du métro.

Rennes métropole et Siemens mobility ont ainsi déclaré que “Ces tests ont permis de valider le bon fonctionnement du système de transport, tant en ce qui concerne la circulation automatique des trains, que leur bon comportement sur l’ensemble des ouvrages de la ligne : garage atelier, tranchée couverte, tunnel et viaduc.” Fort de ce constat, ils ont déjà prévu les essais de marche à blanc pour la rentrée.

La circulation automatique de plusieurs trains en carrousel sera également au programme des prochains essais. Elle permettra de roder le système de transport dans les différentes configurations d’exploitation du métro.

Le constructeur doit également effectuer des tests et des certifications de sécurité sur l’ensemble des 21 trains qui circuleront sur la ligne B du métro rennais. Cela concerne le système de freinage des rames, la traction, le fonctionnement des portes, les simulations de pannes, les liaisons entre les trains et le poste de commande. Les tests de roulage du CityVal sont effectués principalement à l’atelier de la Maltière, au sud-est de Rennes.

En parallèle, la formation des personnels de Keolis débutera après l’été, afin que les équipes d’exploitation de la ligne soient prêtes pour l’ouverture.

Pourquoi réaliser une nouvelle ligne de métro à Rennes ?

La première ligne de métro à Rennes a été un réel bénéfice pour la qualité de vie des habitants de la métropole et l’attractivité des territoires traversés. C’est, aujourd’hui, plus de 140 000 trajets qui sont effectués chaque jour sur la ligne A du métro rennais. Les dépenses et les recettes d’exploitation du métro s’équilibrent et permettent à la collectivité d’investir dans le développement de son réseau de transport.

Cette nouvelle ligne de métro annonce donc une avancée en termes de mobilité et d’attrait des territoires, en permettant des déplacements plus rapides à Rennes. Avec la ligne B, 75 % des habitants de Rennes se trouvent à moins de 10 minutes à pied d’une station de métro, et le temps de trajet entre les deux terminus est de seulement 21 minutes. Les riverains sont donc très impatients de pouvoir emprunter ce nouveau moyen de transport pour se déplacer encore plus facilement dans leur ville.

Rennes métropole est particulièrement réputée pour sa politique verte très active, et le développement de moyens de transports écologiques est donc une priorité pour les élus. La municipalité souhaite construire un réseau de transport collectif performant et accessible à tous pour offrir une alternative crédible à la voiture.

©lenisecalleja.photography - Shutterstock

L’objectif est de désaturer les axes utilisés par les bus en centre-ville, comme dans le secteur Sainte-Anne - Visitation. Un effet d’entraînement a d’ailleurs déjà été observé avec l’arrivée de la première ligne de métro à Rennes : la circulation automobile a baissé de 20 à 30% dans le centre-ville au profit du transport collectif et du vélo. 94 000 voyages par jour sont attendus dans un premier temps sur la ligne B, ce qui permettrait ainsi d'éviter 50 000 déplacements en voiture dans la Métropole. Cela représente une réelle amélioration dans la vie quotidienne des Rennais.

Tous ces avantages cumulés font que "la ligne B du métro de Rennes est très attendue par les habitants de la métropole", explique Nathalie Appéré, la maire de la ville.

La seconde ligne du métro de Rennes

La ligne B du métro de Rennes compte 14 kilomètres de voies qui s'étalent entre 15 stations. C’est donc un chantier de grande envergure qui a démarré en 2013 avec un budget de 1,342 milliards d'euros.

«Un projet complexe, pour un choix de plus de 20 ans qui apportera des changements de grande ampleur pour la mobilité des habitants de la Métropole et la facilitation de leurs déplacements»

Nathalie Appéré, présidente de Rennes Métropole

Le tracé de la ligne B à Rennes

Compte-tenu des spécificités géographiques des terrains traversés par la nouvelle la ligne B, les stations sont surélevées en périphérie et souterraines en centre-ville. C’est effectivement 8,6 kilomètres de ligne qui se trouvent en tunnel profond.

La ligne B du métro de Rennes s’étire entre le sud-ouest de la ville, Saint-Jacques-de-la-Lande, et le nord-est, Cesson-Sévigné sur 15 stations : Saint-Jacques - Gaîté, La Courrouze, Cleunay, Mabilais, Colombier, Gares, Saint-Germain, Sainte-Anne, Jules Ferry, Gros-Chêne, Les Gayeulles, Joliot-Curie - Chateaubriand, Beaulieu-Université, Atalante et Cesson-Viasilva.

Ce sont aux stations Gares et Sainte-Anne que la nouvelle ligne croise la ligne A du métro déjà existante.

Trois parcs relais complètent ce réseau, en se positionnant à des points clés de la ligne B, afin de faciliter son accès à tous les habitants de la métropole :

©Halfpoint - Shutterstock

Le matériel utilisé

C’est le constructeur Siemens qui a été choisi en 2010 pour la mise en place du matériel de la ligne B du métro de Rennes. Il l'équipe d'un nouvel équipement automatique appelé le CityVal. Ce matériel moderne est une première mondiale qui nécessite beaucoup d'essais, de mises au point et d’adaptations avant sa mise en service.

Dans un premier temps, chaque rame est constituée de 2 voitures non séparables, d'une longueur totale de 22,4 mètres. Il sera possible de passer d'une voiture à l'autre. Avec l’augmentation de fréquentation de la ligne, une troisième voiture sera ajoutée à ce montage pour former un triplet. Cette installation sera mise en place lorsque plus de 9 000 personnes seront transportées par heure et par direction. Ce qui représente 200 000 voyageurs par jour.

©PanierAvide - Wikimedia Commons

“Quand on parle de premier de série, ça signifie qu'il faut rendre ce matériel roulant compatible avec la circulation et le transport de passagers, vérifier sa performance et son confort. Et il y a un ensemble d'essais à réaliser, suivis d'ailleurs par des organismes externes pour s'assurer qu'il réponde à l'ensemble des normes et réglementations .”

Stéphane Bayon de Noyer, directeur du projet pour Siemens

C’est donc encore de nombreux tests de roulage et d’essais qui attendent la ligne B du métro de Rennes et son matériel avant son ouverture au public au début de l’année 2022.

En résumé, la ligne B du métro offre une avancée majeure pour le développement du réseau de transport de Rennes, l’attractivité de ses territoires et la mobilité de tous les habitants de la métropole. Ils pourront ainsi la traverser d’ouest en est en un peu plus de 20 minutes. Le matériel de pointe, installé par le constructeur Siemens, est une première mondiale qui assure un transport rapide, sécurisé et confortable à tous ses usagers.

Partager sur