Le développement durable à Rennes

Temps de lecture estimé à environ 8 minutes.

SOMMAIRE
© KenoKickit - shutterstock

Le développement durable est une priorité des politiques publiques de Rennes. Préservation de la biodiversité, plan d'action pour le climat, diminution des consommations d’énergie dans les bâtiments publics, suppression de l'éclairage public de nuit dans les rues désertes... Rennes agit de façon concrète pour amorcer le tournant "ville durable".

Rénovation thermique des bâtiments publics rennais

La ville consacre un budget de 3 millions d’euros à la rénovation thermique des bâtiments publiques. L’objectif : une meilleure maîtrise des bâtiments énergivores et des productions de gaz à effet de serre. En 2019, 4 écoles ont été rénovées : ainsi qu’un équipement de quartier (MJC Grand Cordel) et des bureaux et locaux de travail.

Depuis janvier 2018, tous les bâtiments neufs sont conçus au niveau E3C1 du Label E+C.

En cours actuellement :

Maîtrise de la consommation d’énergie

La ville entend utiliser différents leviers pour réduire les émissions de CO2 du patrimoine communal de 40 % d’ici 2030. Celle-ci passera par le raccordement du réseau de chauffage urbain aux chaufferies “bois énergie” et au gaz vert. De plus l’installation progressive de panneaux photovoltaïques (qui produisent actuellement 10 MWh sur la commune) permettra une autonomie énergétique de nombre d’équipements à l’avenir.

En cours :

Rennes encourage la rénovation énergétique dans les habitations comme dans le tertiaire. Dans toutes les nouvelles zones d'aménagement concertées de la ville, les panneaux solaires thermiques sont obligatoires sur les toits des immeubles pour le chauffage de l’eau des logements.

Les éclairages publics des rues rennaises

© HUANG Zheng - shutterstock

Depuis 2018, La ville de Rennes a interdit l’éclairage de nuit des commerces entre 1h et 6h du matin. Lorsque la commune a contrôlé la bonne application de la loi en 2019, 95 % des 1000 commerces du centre respectaient cette nouvelle mesure.

Depuis 2015, dans les secteurs résidentiels, rues ou parcs, comme dans les Zones d'activité, la Ville de Rennes éteint l'éclairage public dans des zones désertées la nuit à partir d’1h ou 2h du matin, selon les jours. Cela permet de faire de considérables économies d'électricité mais aussi de lutter contre la pollution lumineuse et ainsi de préserver la biodiversité.

Un engagement concret pour les déplacements propres

En septembre 2020, Rennes Métropole a conclu l’achat de 92 autobus électriques : 33 bus standards et 59 bus accordéons seront progressivement intégrés au réseau Star, entre 2022 et 2025. Un marché public de 60,565 M €.

Cette démarche s’inscrit dans la continuité des engagements de renouveler le parc de véhicules de transports en commun sans diesel, pris en 2015.

En amont, Rennes Métropole a expérimenté 7 bus de la société Bluebus sur la ligne 12 du réseau Star depuis le mois de mai 2018.

Pour respecter les objectifs du Plan de déplacements urbains (PDU), à horizon 2030, la totalité de la flotte de bus intra rocade sera à énergie propre. Les lignes métropolitaines seront en GNV.

À l’horizon 2030, conformément aux objectifs du Plan de déplacements urbains (PDU), la totalité de la flotte de bus sera à énergie propre, en électrique pour l’intra rocade et GNV pour les lignes métropolitaines.

Le dispositif éco travo de Rennes Métropole

Avec le dispositif Éco Travo, Rennes métropole subventionne les travaux de rénovation énergétique des propriétaires de maisons, pour réduire les émissions de gaz à effet sur le territoire de la métropole. Le programme ambitionne le soutien de 47 000 chantiers de rénovation d’ici 2030. Les propriétaires de maisons dans Rennes Métropoles pourront se voir attribuer une subvention, un accompagnement personnalisé, un audit gratuit, une aide jusqu’à 15 000 euros pour des travaux BBC de leur maison individuelle en plus des aides de l’état.

Pour les habitants de Rennes Métropole déclarant des revenus inférieurs à 35711 €/personne ou 47 688 € pour un couple, l’audit énergétique sera financé à 80 % (dans une limite de 1000 €). Les propriétaires pourront recevoir jusqu’à 8 000 € d’aide pour les travaux BBC en plus des aides nationales.

Le recours à ces aides implique de faire appel à des professionnels référencés.

Avec le Plan Climat, Rennes métropole vise une réduction drastique de 50 % des émissions de gaz à effet de serre d’ici 2030. Or, le logement représente un quart de ces émissions. Sur la Métropole rennaise, les deux tiers des maisons individuelles ont plus de 15 ans et sont donc énergivores. L’objectif du plan est de permettre la rénovation de 6 000 logements par an en 2024, avec un total de 47 000 d’ici 2030.

Rennes préserve la biodiversité et les espaces verts

© dies-irae - shutterstock

La ville est la première grande ville à obtenir le Label “Écojardin” qui récompense une gestion écologique des espaces végétalisés.

Élue capitale française de la biodiversité en 2016, Rennes dispose de :

100 % des espaces verts de la ville bénéficient d’une gestion écologique exempt de tout pesticide ou engrais chimique.

"C'est plus complexe à gérer. Nous avons détourné les jardiniers municipaux des solutions techniques toutes faites - face à un problème on avait souvent une réponse technique formatée – au profit d'une approche qui nécessite beaucoup d'observations et une connaissance très fine des écosystèmes. Pour limiter les attaques des pucerons sur rosiers par exemple, les jardiniers aujourd'hui systématisent la mise en place d'un cortège de plantes pouvant accueillir leurs prédateurs. Et ça marche ! Autre exemple, les arbres d'alignement dans les rues étaient souvent victimes d'attaques de cochenilles. Il fallait des traitements chimiques toujours plus forts pour en venir à bout. Nous avons décidé d'arrêter tous ces traitements qui tuaient aussi les prédateurs et les parasites des cochenilles. Nous avons accompagné le développement de certains prédateurs et les équilibres naturels se sont alors recréés. Aujourd'hui nous n'avons presque plus ce type d'attaques."

Bertrand Martin, responsable du service exploitation à la Direction des jardins et de la biodiversité

La ville a lancé en 2018, la réalisation d’un Atlas de la biodiversité communale qui doit permettre de collecter et diffuser les informations sur la faune et la flore résidente dans la métropole.

Une plateforme d’implication citoyenne Biodiv’Rennes permettra de sensibiliser les habitants aux enjeux de la biodiversité. L’Atlas comportera des observations naturalistes géolocalisées, des fiches d’informations sur les espèces, des cartographies, des liens audios, des photos, mais également l’actualité des actions menées par le Conseil Local de la Biodiversité.

L'éco pâturage

© Imagine Photographer - shutterstock

5 sites rennais : Landry, Cimetière de l’Est, Bellangerais, Beauregard et les Prairies Saint-Martin bénéficient du programme de gestion des espaces Éco pâturage. Des enclos abritant des cheptels locaux ou en voie de disparitions sont disposés dans les quartiers et favorisent le lien social autant que la biodiversité. Parmi eux :

Ces troupeaux de races rustiques et locales ont déjà permis l’entretien de 13,6 hectares sur la commune.

Les cours d’école végétalisées et non genrées

Courant 2020, deux cours d’écoles rennaises : la maternelle Champion de Cicé et le groupe scolaire l’Ille ont fait l’objet de travaux de réaménagements avec deux objectifs : une désimperméabilisation des sols et un aménagement de l’espace non genré.

Le choix a été fait de sortir le plateau sportif de la cour de récréation pour privilégier d’autres espaces communs comme les coins pour jeux calmes et des espaces répondant aux besoins de nature des enfants. Les espaces pour courir et se défouler existent mais privilégient des jeux mixtes de type badminton.

Rapport annuel 2018-2019 “égalité femmes-hommes" produit par Rennes ville, métropole et CCAS.

Dans l’école primaire l’Ille par exemple :

Gestion sobre des ressources et économie circulaire

La prise en compte du développement durable et des enjeux environnementaux a amené la ville à revoir sa logistique, l’organisation et les techniques pour réduire l’utilisation des ressources et les valoriser.

Dans la ville de Rennes, 2.4 tonnes de déchets sont ramassées chaque année dans les rues. Désormais, ces déchets sont triés et valorisés en fonction des matières.

Les déchets non recyclables sont utilisés pour la production de chauffage urbain.

De même, les nouvelles politiques de gestion du nettoyage des rues réduisent l’utilisation de l’eau potable pour le nettoyage des rues.

60 % de l’eau utilisée vient désormais de la station de relevage de Beaulieu, du toit de la piscine de Bréquigny, des eaux de filtrage des piscines de Bréquigny et Saint-Georges.

Lutte contre la fracture numérique

© Juliya Shangarey - shutterstock

Lors du premier confinement dans une démarche de lutte contre le décrochage scolaire, 300 ordinateurs ont été ont été prêtés à des familles rennaises des quartiers prioritaires. En décembre, 130 familles ont pu accéder à ces mêmes ordinateurs pour un prix de 20 euros.

Lutte contre les discriminations

Depuis la charte “Rennes ville accessible”, jusqu’au dernier plan de lutte contre les discriminations, Rennes mène une véritable lutte pour l’égalité.

En 2019, une enquête d’observation des discriminations locales a été menée par le comité “Rennes au pluriel pour sonder le ressenti des rennais. 2 315 réponses ont été recueillies.

Les discriminations les plus évoquées sont : Le sexisme à 28% et le racisme à 13%.

Les politiques publiques à Rennes