Shutterstock

Covid-19 : Comment l’immobilier rennais se prépare-t-il à l’après-crise ?

Publié le 06 mai 2020 par
Gilles Vidotto
Avatar Gilles VIDOTTO

Covid-19 : Comment l’immobilier rennais se prépare-t-il à l’après-crise ?

L’épidémie du Covid-19 conduit à un épisode de confinement de toute la population française, et ce, depuis le mois de mars 2020. Ceci entraînant donc un ralentissement de toute l’activité du secteur du logement. Même si cette période est anxiogène, les experts de l’immobilier à Rennes abordent l’après-crise avec grande sérénité. Effectivement, le dispositif expérimental Pinel a été étendu à certaines villes bretonnes depuis la fin 2019 et les atouts de la métropole rennaises laissent présager de belles perspectives d’avenir.

Le grand opéra de Rennes
Shutterstock

La FNAIM, en collaboration avec l’Unis les professionnels de l’immobilier ont publié le 30 avril 2020 un guide de préconisations de sécurité sanitaire permettant la reprise des activités des métiers de l’immobilier. Aussi, le gouvernement s’est engagé pour une reprise de l’activité économique dès la sortie du confinement. Lors de son premier discours Emmanuel Macron, président de la République, avait annoncé un investissement de 300 milliards d’euros d’aides pour les entreprises.

L’immobilier neuf à Rennes pendant le confinement

Au début du confinement, l’ensemble des chantiers de construction de programmes immobiliers neufs ont été stoppés. Pour autant, quelques jours après le premier discours du président de la République, les fédérations du BTP et le gouvernement se sont accordés sur la rédaction d’un guide des bonnes pratiques sanitaires nécessaires à la reprise de l’activité du secteur du bâtiment.

Par ailleurs, depuis le 30 avril 2020 le FNAIM en collaboration avec Unis les professionnels de l’immobilier ont rédigé un guide sur la même base que celui qui a été rédigé précédemment pour les métiers de la construction. L’objectif étant de communiquer à tous les professionnels de l’immobilier l’ensemble des mesures nécessaires à une reprise sereine de l’activité, dans des conditions sanitaires les plus sécurisées que possible.

Pour autant, en attendant le 11 mai 2020, date de déconfinement, les agences immobilières sont toutes fermées au public et doivent mettre en place de nouvelles organisations afin de répondre aux besoins de leurs clients. Le groupe IMMO9 continu d’accompagner ses clients en ces temps de confinement. Disponibles par téléphone ou par mail, l’objectif est de rassurer et d’apporter toutes les réponses nécessaires. De nouvelles méthodes de travail ont été développées et permettent l’organisation de rendez-vous à distance par le biais d’outils de visioconférence.

”Nos courtiers IMMO9 vous accompagneront tout au long du processus, de la réservation du bien jusqu’à la remise des clefs. Si un bien immobilier vous intéresse, il vous sera proposé une visite virtuelle ainsi qu’un formulaire de pré-réservation avec les meilleurs conseils pour vous guider dans vos choix et votre projet.” David Azoulay, PDG IMMO9.

Les experts de l’immobilier à Rennes optimistes pour l’après-crise Covid-19

Le dispositif Pinel expérimental en Bretagne

Depuis fin 2019, le zonage Pinel a été recentré sur les zones les plus tendues du territoire français. Dès lors, seules les zones A, A bis et B1 sont éligibles au dispositif d’aide de défiscalisation Pinel. Pour autant, des régions telles que la Bretagne bénéficient d’une loi Pinel expérimentale et ce pour deux ans d’application, jusqu’au 31 décembre 2021. L’objectif étant de permettre à certaines villes où le besoin en logements neufs est présent de bénéficier des avantages fiscaux que présente la loi Pinel.

Les zones qui seront éligibles à cette loi Pinel étendue, seront retenues au cas par cas et par arrêté préfectoral. Dès lors, ce sont les “communes ou parties de communes” qui se distinguent par une tension élevée sur le marché locatif breton qui pourront jouir de cette loi Pinel aménagée. En somme, des territoires où l’offre de logements est insuffisante et où des besoins importants en logements intermédiaires sont apparents.

Par ailleurs, il est important de souligner que ces villes seront également soumises aux mêmes conditions de ressources et plafonds de loyers que la loi Pinel à Rennes.

L’immobilier à jamais une valeur refuge

Au cours de l’histoire de France, l’immobilier a toujours montré des atouts indéniables. En outre, après la crise économique de 2001-2003 et le choc des subprimes de 2008-2009, le secteur de l’immobilier a toujours tiré son épingle du jeu et démontrer que c’était une valeur d’investissement refuge. Les experts de l’immobilier tiennent compte de ces dates clefs et restent optimistes quant à la reprise de l’activité.

“Parler d’une baisse des prix, c’est trop prématuré. Les taux d’intérêts ne devraient pas augmenter pour faciliter les transactions. Après la crise l’argent devra circuler pour redynamiser l’économie. C’est mon analyse, je suis plutôt optimiste.” - Samuel Sotum, président régional de la FNAIM en Occitanie interrogé par Franceinfo.

Vers le maintien des taux d’intérêt

Dans une interview datant du 16 avril 2020 publié dans le journal Capital, Daniel Pinto, président et fondateur de Stanhope Capital, a montré son optimiste envers le maintien des taux d’intérêt. Ce dernier assure qu’une “hausse des taux d’intérêts rendrait la dette française insupportable”. Et pour cause, la dette de la France pourrait passer à au moins 112 % du PIB selon les estimations communiquées par le gouvernement. Dès lors, “cette dette abyssale deviendrait insupportable si les taux d’emprunt remontent ne serait-ce qu’à 2%, risque qui pourrait se matérialiser à tout moment si les investisseurs internationaux perdaient confiance”, appuie-t-il.

À l'heure, la BCE (Banque Centrale Européenne) rachète les obligations des pays membre. L’objectif : garder des taux d’intérêts abordables et relativement bas. Il est, toutefois, à noter qu’au cours du mois de mars, certaines grandes banques françaises ont légèrement augmenté leur taux d’emprunt d’environ 0.30 %. Ces taux restent toutefois excessivement bas et bien inférieur à l’inflation.

L’attractivité de Rennes Métropole

Devanture de la gare de Rennes
Shutterstock

Rennes Métropole s’est fixé comme objectif d’accueillir pas moins de 90.000 nouveaux habitants d’ici 2035. Pour cela, le territoire s’est structuré progressive avec une première ligne de métro et une seconde qui sera mise en service d’ici le printemps 2021. Aussi, depuis le 2 juillet 2017, la métropole est directement relié à Paris grâce à la LGV. Une ligne de train à grande vitesse permettant de connecter la ville bretonne à la capitale française en moins de 1h30 et offrant un gain de temps de près de 40 minutes.

Les experts de l’immobilier dénotent également de nouvelles attentes chez les futurs acheteurs et locataires. Effectivement, l’épisode de confinement, l’impossibilité de sortir de chez soit, pousse les Français a des envies d’espaces extérieurs : balcons, terrasses, loggias et plus largement jardins privatifs. Déjà, lors du bilan 2019 sur les achats effectués en France, les professionnels avaient déjà remarqué un intérêt tout particulier pour la maison individuelle. Nul doute qu’à la sortie de la crise, l’ombre du confinement continuera à planer dans les esprits des Français et l’achat de maisons et villas prendra une toute autre ampleur.

Rennes Métropole “solide” face à la crise sanitaire

Emmanuel Couet, président de Rennes Métropole et maire sortant de Saint-Jacques-de-la-Lande, souligne que tous les acteurs rennais sont mobilisés pour permettre aux habitants de reprendre une vie des plus sereines dès le 11 mai 2020. Le premier objectif est de permettre à tous les habitants d’utiliser les modes de transports en commun en respectant les règles sanitaires imposées : gestes barrières et port du masque obligatoire.

”On travaille depuis deux semaines sur la question, l’objectif que j’ai donné à Keolis, c’est d’avoir le 11 mai, 100 % des métros et 80 % des bus dans l’ensemble de la métropole. C’est un objectif ambitieux, mais je pense que nous l’atteindrons.” explique Emmanuel Couet, président de Rennes métropole.

Pour le président de Rennes métropole, plus l’offre en transports est importante plus il sera possible de répondre aux exigences de distance physique. Les infographies des gestes barrières seront affichés dans le métro. Pour autant, c’est bien à la responsabilité individuelle que les membres de Rennes Métropole font appel :

« On fait appel à la responsabilité des gens, souligne Jean-Jacques Bernard, vice-président de la métropole des transports. Mais ils ne vont pas non plus découvrir ces règles sanitaires lundi, elles font désormais partie de leur quotidien depuis deux mois ».
SOURCES
  • Mi-séance Paris : le CAC40 revient directement au-dessus des 4.500 points - Boursedirect.fr
  • Coronavirus : les Bourses mondiales en hausse avec le début de la saison des résultats - Les Echos,
  • BTP : Le redémarrage des chantiers s'amorce - Les Echos,
  • «Une hausse des taux d'intérêt rendrait la dette française insupportable» - Le Figaro.
  • Transports à Rennes : "il faut que les horaires des entreprises chagent, alerte la métropole - France Bleu
  • Coronavirus-Rennes : Comment va se dérouler la reprise du réseau Star ? - 20 Minutes
  • Quels seront les prix de l'immobilier à la sortie de la crise : un appel à la création d'un impôt européen sur la fortune pour aider financièrement les Etats - Capital
  • Immobilier : où faudrait-il réinvestir à Rennes - Capital
Vous souhaitez
bénéficier de conseils
d'experts immobiliers ?